Ambassade d'Australie
France
Algérie, Maroc, Mauritanie, Monaco, Tchad

History of NAIDOC - July 08

NAIDOC 

Les célébrations NAIDOC se déroulent au mois de juillet chaque année à travers toute l’Australie. NAIDOC célèbre l’histoire, la culture et les accomplissements des peuples aborigènes et des îles du détroit de Torres.

A l’origine, NAIDOC signifie « National Aborigines and Islanders Day Observance Committee », Comité d’Observation de la Journée Nationale des Aborigènes et Insulaires. Ce comité était à l’origine responsable de l’organisation des activités nationales pendant la semaine NAIDOC, son acronyme est devenu par la suite le nom de la semaine elle-même.

Cette semaine est célébrée non seulement dans les communautés aborigènes, mais aussi dans un nombre de plus en plus important d’agences gouvernementales, d’écoles, de conseils locaux et lieux de travail.

Où que vous viviez, prendre part à la semaine NAIDOC est une excellente façon de célébrer la Culture aborigène et construire des ponts entre les Australiens aborigènes et non-aborigènes.


 

Histoire de NAIDOC


1. La nécessité de l’activisme, les années 1920 et 1930

Avant les années 1920, les groupes pour la défense des droits aborigènes avaient boycotté la fête nationale de l’Australia Day en signe de protestation contre le statut et le traitement des peuples aborigènes. A partir des années 1920, ils prirent de plus en plus conscience que les médias ignoraient largement leur effort. Si le mouvement pour les droits aborigènes voulait progresser, il faudrait qu’il soit actif.

Plusieurs organisations furent créées afin de remplir ce rôle, en particulier l’Australian Aborigines Progressive Association (AAPA) en 1924 et l’Australian Aborigines League (AAL) en 1932. Leurs efforts furent largement ignorés et, en raison du harcèlement de la police, l’AAPA fut forcée d’abandonner sa mission en 1927.

En 1932, William Cooper, fondateur de l’AAL, rédigea une pétition à faire parvenir au roi George V. Le gouvernement d’alors considéra que la pétition ne rentrait pas dans le cadre de leurs responsabilités constitutionnelles. En 1937, Cooper soumis de nouveau la pétition, mais le gouvernement ne la transmit pas.

2. Le « Day of Mourning » (Jour du Deuil), 1938

Le Jour de l’Australia Day 1938 (fête nationale australienne), les protestataires firent une marche à travers les rues de Sydney. La marche était le prélude d’un congrès auquel environ 1000 personnes assistèrent. Cet évènement fut l’un des premiers grands rassemblements pour les droits civiques dans le monde, il est aujourd’hui connu sous le nom de Day of Mourning. Cette journée fut également le point de départ de futurs mouvements « anti Australia Day », qui est depuis devenu plus connu sous le nom d’Invasion Day (Jour de l’Invasion).

La semaine suivante, une délégation du Congrès présenta au Premier Ministre une proposition de politique nationale pour les peuples aborigènes. A cette époque, le gouvernement ne possédait pas de pouvoirs constitutionnels en rapport avec les peuples aborigènes, la proposition de politique fut donc rejetée.

Après le Day of Mourning, il y a eu un sentiment grandissant que cette journée devrait devenir un évènement régulier. En 1939, William Cooper écrivit au Conseil National des Missionnaires d’Australie (NMCA) pour obtenir leur assistance dans la promotion et le soutien de cet évènement annuel.

3. 1940-1956

De 1940 à 1955, le Day of Mourning, connu sous le nom de Journée des Aborigènes (Aborigines Day), avait lieu le dimanche précédant l’Australia Day. Le NMCA pensait que ce jour devait devenir plus qu’une simple journée de protestation et célébrer également la Culture Aborigène. Ainsi, en 1955, cette journée fut déplacée au premier dimanche de juillet.

4. NADOC est institué et sa reconnaissance grandit, 1957-1990

Les principales organisations Aborigènes, les gouvernements étatiques et fédéral, ainsi qu’un certain nombre de groupe d’églises soutinrent tous la mise en place de NADOC – le National Aborigines Day Observance Committee (Comité de l’Observation de la Journée Nationale des Aborigènes). A la même période, le deuxième dimanche de juillet devint une journée du souvenir pour les peuples aborigènes et leur patrimoine.

En 1972, le Ministère pour les Affaires aborigènes fut créé, après les résultats du référendum de 1967. En 1974, pour la première fois, le comité était entièrement composé de membres aborigènes. L’année suivante, il fut décidé que l’évènement devrait couvrir une semaine entière, du premier au deuxième dimanche de juillet.

En 1984, le NADOC demanda que la Journée Nationale des Aborigènes devienne un jour férié, afin de favoriser la célébration et la reconnaissance de la richesse de l’histoire culturelle faisant de l’Australie un pays unique. Même si cela n’a pas été accordé, d’autres groupes, dont ATSIC, ont fait écho à cet appel.

5. NAIDOC, de 1991 à aujourd’hui

Avec la connaissance croissante des différentes histoires culturelles des Aborigènes et des Habitants du détroit de Torres, NADOC devint connu sous le nom de « National Aborigines and Islanders Day Observance Committee » (Comité d’Observation de la Journée Nationale des Aborigènes et des Insulaires), NAIDOC. Ce nouveau nom désigne aujourd’hui la semaine entière, pas uniquement la journée même. Chaque année, un thème est choisi pour refléter les questions et évènements importants pour NAIDOC. Au milieu des années 1990, ATSIC prit en charge la direction de NAIDOC jusqu’à sa dissolution en 2005.

Le 13 février 2008, le parlement australien a présenté les excuses officielles aux Générations Volées – les enfants aborigènes et des Iles du détroit de Torres – enlevés de force de leur famille et leurs communautés par les lois et politiques promulguées et mises en œuvre par les parlements et gouvernements précédents. Le Premier Ministre a déclaré que ‘Le temps est venu pour notre nation d’ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de l’Australie en corrigeant les erreurs du passé afin d’aller de l’avant en confiance.’

En savoir plus:
NAIDOC http://www.naidoc.org.au/
Reconciliation Australia http://www.reconciliation.org.au/