Ambassade d'Australie
France
Algérie, Mauritanie, Monaco, Tchad

Nos expositions

En ce moment

 

NGALA WONGGA

Signification culturelle des langues dans les Goldfields d'Australie-Occidentale

Du 30 janvier au 6 septembre 2019

Ambassade d’Australie - 4, rue Jean Rey, 75015 Paris

Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 16h30

A l’occasion de l’Année internationale des langues autochtones, l’ambassade d’Australie en France accueille l’exposition Ngala Wongga : Signification culturelle des langues aborigènes dans les Goldfields d’Australie-Occidentale. Présentation en vidéo de l’exposition : https://vimeo.com/185575593

Ngala Wongga est une collaboration entre la photographe Martine Perret et la communauté aborigène de la région de Goldfields-Esperance, en Australie-Occidentale. Mêlant le paysage, le portrait et le multimédia, le travail de Martine Perret met en lumière le lien qui unit les « Elders » (Anciens) aborigènes à la terre, et souligne l'importance culturelle des langues menacées d'Australie.

Environ 120 langues autochtones sont encore parlées en Australie. Près de 110 d’entre elles sont en danger grave ou critique d'extinction. Mais il y a encore de l'espoir : on enregistre une augmentation importante de l’usage d’une trentaine de langues menacées grâce à des programmes linguistiques.

Crédit photos : Andrew McLeish

 

Expositions passées

W A L L   P O W E R

Contemporary Australian Photography

WALL POWER : photographie australienne contemporaine présente le travail de vingt-deux photographes australiens majeurs, à travers leur exploration des mythes et légendes associés à la lumière, au paysage et à l'histoire uniques de l'Australie. Cette exposition réunit des œuvres emblématiques des photographes contemporains australiens les plus célèbres tels que Tracey Moffatt, Bill Henson et Christian Thompson.

 

Exposition Genèse de William Robinson

A l'ambassade d'Australie à Paris du 29 janvier au 29 mars 2018

4 rue Jean Rey, Paris 15 - Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 17h 

William Robinson est l’un des plus grands artistes australiens, qui a acquis une renommée internationale au fil des années. Il a reçu deux des prix australiens les plus prestigieux, le prix Archibald et le prix Wynne. Ses tableaux explorent les paysages variés dans lesquels il a vécu, et certains sont marqués par son passage à l’Atelier Bordas de Paris entre 1995 et 2006. Une exposition inédite de ses œuvres est organisée par la Queensland University of Technology à l’ambassade du 29 janvier au 20 avril.

Presse

Télécharger le dossier de presse

Télécharger le communiqué de presse

 

Exposition Hear the Rattles (Entendre les cliquetis) de Christian Thompson

A l'ambassade d'Australie à Paris jusqu'au 12 janvier 2018

4 rue Jean Rey, Paris 15 - Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 17h (hors 25, 26 décembre et 1er janvier)
Christian Thompson est un artiste contemporain australien actuellement basé à Londres. Son travail explore les notions d'identité, de métissage et d’histoire. Une grande partie de son œuvre est liée à une démarche auto-ethnographique. L'artiste associe ainsi autobiographie et univers imaginaire tout en nuances pour produire des images qui relient son expérience personnelle à un contexte social, politique et culturel plus large.
 
Sculpteur à l'origine, Christian Thompson s’inscrit dans une pratique multidisciplinaire, exploitant des moyens artistiques tels que la photographie, la vidéo, la sculpture, la performance et le son. Son travail se concentre sur l'exploration de l'identité, de la sexualité, du genre, de la race et de la mémoire. Dans ses performances et portraits conceptuels, il incarne un ensemble de personnages auxquels il donne corps grâce à des costumes réalisés à la main, mis en scène dans des poses et sur des fonds extrêmement soignés.
 
Les images de Christian Thompson transcendent la simple vision ethnographique : il parle de « retour spirituel » qui nait du croisement de son expérience, d’archives historiques et du présent. Ses œuvres à la grande puissance évocatrice donnent un aperçu des pratiques du passé tout en capturant une constance moderne et dynamique.
 
Crédit photo : Simon Patching